L’obligation d’indemniser un sinistre constaté au regard de l’arrêt de la 2e chambre civile de la Cour de cassation en date du 21 septembre 2023

L’obligation d’indemniser un sinistre constaté au regard de l’arrêt de la 2e chambre civile de la Cour de cassation en date du 21 septembre 2023

Défiance envers les experts, défiance envers les institutions constituent autant de preuves démontrant une tension qui marque notre société. Alors que le droit à l’indemnisation n’est finalement que le corolaire de la souscription à une assurance, le préjudice ne fait pas toujours l’objet de prise en charge de la part de l’assureur. Dans le meilleur des cas, l’indemnisation n’est pas à la hauteur des attentes de l’assuré qui fait souvent état de son préjudice. Tout récemment, la Cour de cassation a mis en avant l’obligation d’indemniser d’un sinistre constaté en censurant une décision de la cour d’appel de Fort de France.

Faits

Rappelons les faits. Un immeuble destiné à la location appartenant à M. a été endommagé par un incendie. Après avoir sollicité son assureur, ce dernier décide de saisir le tribunal judiciaire pour obtenir l’indemnisation de ses préjudices estimant insuffisantes les sommes versées.

En effet, M. fait grief à l’arrêt de la Cour d’appel de Fort de France de dire que le montant de l’indemnisation due par l’assureur s’élève à la seule somme de 98 621,04 € et de le condamner à rembourser à celui-ci la somme de 568,98 €, au titre du trop-perçu sur l’indemnisation due, alors « que le juge ne peut refuser d’accorder l’indemnisation d’un dommage dont il admet l’existence, au motif de l’insuffisance des preuves fournies par une partie ; qu’en jugeant, pour écarter toute indemnisation par l’assureur des meubles garnissant les logements incendiés dont il était propriétaire, que « le tribunal a, à tort, considéré que les deux factures pro forma suffisaient à lui permettre de faire la preuve des meubles meublants perdus dans le sinistre », qu’il lui appartenait de produire « les justificatifs du contenu de chaque appartement meublé », qu’il n’était pas possible « de connaître le contenu exact de chaque appartement loué », qu’il n’appartenait pas à la cour « de se substituer à l’assuré et de tenter de faire un récapitulatif des éléments » détruits et qu’« il impossible à la cour de faire l’inventaire des meubles meublants appartenant au propriétaire et détruits par l’incendie », la cour d’appel, qui, après avoir reconnu le bien-fondé en son principe de sa demande indemnitaire, a cependant refusé d’évaluer le préjudice dont il sollicitait la réparation, a violé l’article 4 du Code civil».

Décision de la Cour de cassation

En se basant sur l’article 4 du Code civil qui dispose que « le juge qui refusera de juger, sous prétexte du silence, de l’obscurité ou de l’insuffisance de la loi, pourra être poursuivi comme coupable de déni de justice », la Cour estime que le juge ne peut refuser de statuer sur une demande dont il admet le bien-fondé en son principe, au motif de l’insuffisance des preuves fournies par une partie. En statuant ainsi, alors qu’elle relevait que la garantie des meubles meublants des différents appartements était acquise à l’assuré et justifiée par les clauses du contrat et que des meubles lui appartenant avaient été détruits par l’incendie, ce dont il résultait que M. avait nécessairement subi une perte au titre des meubles garnissant les logements incendiés, la cour d’appel, qui a refusé d’indemniser un préjudice dont elle constatait l’existence, a violé l’article 4 du Code civil.

Articles liés

Précisions sur l’appel en garantie d’un assureur

Dans le cadre d’une opération relativement complexe, les partenaires d’affaires peuvent faire appel au mécanisme de la sous-traitance et de ce fait déléguer une partie des attributions dont il sont par l’effet d’un contrat ou d’une relation d’affaires de longue durée responsables.
Ainsi et logiquement, le partenaire d’affaires donneur d’ordre vis-à-vis du sous-traitant reste responsable des désordres occasionnées par lui ou le sous-traitant et justifie un appel en garantie de son assurance et de l’assurance du sous-traitant. 

La médiation : un dispositif de règlement amiable dans le domaine de l’assurance

Depuis la Loi 8 février 1995, première législation sur l’amiable, le droit a connu une évolution considérable en la matière témoignant de la volonté du ministère de la justice à instaurer une culture de l’amiable visant à apporter une solution aux litiges et alléger les tribunaux. La politique présentée en janvier 2023 s’inscrit dans cette continuité et le décret du 29 juillet 2023 matérialise un peu plus cette volonté. Aussi, en cas de litige avec votre assureur, devez vous obligatoirement passer par une médiation ? Quelles sont les démarches à suivre ?  

La garantie catastrophe naturelle : les limites de l’indemnisation

À l’heure où les catastrophes naturelles se multiplient, où les dégâts se multiplient partout en France, la garantie catastrophe naturelle permet de se couvrir sous certaines conditions. Elle permet notamment d’être indemnisé des dommages causés à votre logement. Toutefois, cette indemnisation est limitée aux dommages matériels directs. C’est ce qui ressort de la décision de la Cour de cassation en date du 9 novembre 2023 (Civ.2ème, 9 novembre 2023, n° 22-13.156.).

Le principe de réparation intégrale à la lumière d’une récente décision de la Cour de cassation

Le principe de réparation intégrale des préjudices est un pilier fondamental du droit de la responsabilité civile en France. Il est énoncé à l’article 1240 du Code civil (anciennement article 1382) qui stipule : « Tout fait quelconque de l’homme, qui cause à autrui un dommage, oblige celui par la faute duquel il est arrivé à le réparer. » Ce principe vise à ce que la victime d’un dommage soit indemnisée de manière à compenser intégralement les pertes subies, sans qu’il y ait ni enrichissement ni appauvrissement induits.